Basic Nutrition / Principes nutritionnels de base

LKeeltyBy Lisa Keelty
Lire la traduction française  →

Nutrition plays a key role in the long-term health of your avian companion therefore it is vital that you take the time to understand and learn about what is nutritionally required for your bird. Thirty years ago it was the norm to buy one bag of seed and assume that your entire diet for your pet was complete, much like dog and cat food. This is far from the truth.

Diets can be classified within various categories: Seeds and nuts, fresh foods such as legumes, vegetables, fruits and sprouts, table foods, pellets, treats, proteins, live insects, insect/protein pâtés and vitamin supplements. A particular species may require two of what’s listed above or they may require a certain combination. Like many things, moderation is often a key when controlling diet. Believe it or not obesity is common in pet birds due to poor diet but many owners do not have the skill or knowledge to identify it.

The biggest misconception that many people tend to have is the assumption that their pet knows what it needs to eat to stay healthy. Each species of bird has evolved to survive specifically in its own ecological niche. Since food availability can vary extensively depending on season, breeding and migration it is naive to assume that your pet who lives a far more sedentary lifestyle will know what it needs to consume to stay in good condition. If this was the case budgies and cockatiels wouldn’t be so finicky about fresh foods, cockatoos would only eat a few safflower seeds a day and no parrot would consume sunflower seeds like they were going out of style.

There are many books available in stores that talk in great detail about diet, but below is a general guide to follow when picking the right foods for your bird.

Seeds and Nuts
Commonly used for: Finches, canaries, doves, budgies, parrotlets, cockatiels, lovebirds and some parrots.
Vitamin supplement needed: Yes (unless being used as a treat).
Calcium supplement needed: Yes (unless being used as a treat).
Fresh foods needed: Yes.

Most smaller birds are still kept on base seed diets since these species can be particularly difficult to wean or transition onto formulated diets. Always buy a high-quality mix that is specific for your type of bird. Even if the seed is “vitaminized”, i.e., coated with a vitamin supplement prior to packaging, you will still need to add a supplement. Because the seed is coated with the vitamin and birds husk the seed shells they very rarely obtain anything valuable from that process.

A general rule is that seed should account for no more than 60-70% of the diet for finches, canaries, budgies, cockatiels, parrotlets and lovebirds. Medium and larger parrots should not receive more than 40-50% seeds and nuts, the rest should be fresh and cooked foods.

Never overfeed sunflower, safflower, peanuts or cashews. They are the oiliest seeds and nuts and should be provided as treats only.

If seeds and nuts are being used as a treat and supplement for a formulated diet they can be given 2-3 times a week mixed with their base food. Some species of macaws (e.g., hyacinth macaws) require a higher fat content and greatly benefit from a few nuts daily such as almonds, walnut, brazil nuts and macadamia nuts.

Fresh, Sprouted and Cooked Foods
Commonly used for: All birds (however a staple for softbills).

All birds benefit from fresh foods and for many it is absolutely necessary. Legumes, vegetables and sprouts can be provided daily but fruits should be slightly limited since they have a high sugar content. Focus on dark green vegetables such as broccoli, spinach, parsley (not considered to be dangerous contrary to popular belief) and legumes like beans, chickpeas, etc.

These foods should be 30-40% of the daily diet of small birds and 50-60% of the daily intake for any parrot whose base diet is a seed and nut mix. Take care not to leave fresh foods in the cage longer than needed as they spoil quickly.

Never give avocado or rhubarb to birds, they are toxic and consumption may result in death.

Table Foods
Commonly used for: All birds.

Table foods can be a healthy treat and part of a regular diet for all birds, but especially parrots and parakeets. Pastas, rice, cheese, beans and even some meat are often relished by our feathered companions. Use common sense, provide these foods in limited amounts and never seasoned.

Foods high in salt should be avoided as they may cause liver damage. Avoid giving anything high in lactose since birds lack the necessary enzyme to properly digest it. Never give processed foods.

Pellets / Formulated Diets
Commonly used for: Psittaciformes (parrots and parakeets).
Vitamin supplement needed: No (unless recommended by a veterinarian).
Calcium supplement needed: No (unless recommended by a veterinarian).
Fresh foods needed: Yes.

Formulated diets are considered to be the closest thing to a complete diet for birds. Although it’s not impossible to transition smaller birds such as finches and budgies onto pellets, it is exceedingly difficult and must be done with care. Ideally pellets should not exceed 70% of the daily diet and the rest should be fresh and cooked foods and some seeds and nuts.

When choosing a pelleted diet keep in mind that just like seeds quality is not the same from every company, and even some high quality pellets might not be suitable for your bird. Try and find a brand that’s not stuffed with added colours and preservatives and is easily available. You can also consult with your avian veterinarian about which brand would be best for you.

Treats
Treats can be almost anything from a piece of spray millet to a cooked egg. Just as the name states, treats should be used in moderation. Honey sticks and egg biscuits should only be given once or twice a week for about an hour to avoid over consumption. A couple of peanuts might not seem like a lot of food to us, but it’s the equivalent of a few chocolate bars to a parrot. Sometimes it’s better to keep favourite treats as training tools.

Proteins
Proteins are typically given to birds who are in moult or are breeding. They may include cooked egg or egg pâtés, oily seeds and occasionally insects. It is important not to provide too much protein as this can lead to obesity and trigger egg laying in some species.

There has been some practice giving toucans and toucanets mice as a protein supplement but this is not advisable since these birds are prone to Iron Storage Disease.

Live Insects and Insect Pâtés
Commonly used for: Soft-billed birds, waxbills and some finches.
Vitamin supplement needed: Yes (consult a veterinarian).
Calcium supplement needed: Yes (consult a veterinarian).
Fresh foods needed: Yes.

Live foods are a forgotten important part of the diet of many passeriformes and include mealworms, crickets, wax worms and fruit flies. Soft-billed birds (a generic term used for birds who do not eat seed as a staple) such as white-eyes, peking robins and thrushes absolutely need live insects as part of their daily diet. Numerous finches and waxbills profit from them as well and most won’t breed without access to them. Cordon Bleus, Purple and Common Grenadiers seem particularity sensitive and many do not thrive without live insects.

Insect pâtés are a form of mushy brown food that is mixed with bugs and various other food items and are left in the cage as a base diet for soft-billed birds. Take care when using them and be sure to change the food daily as it can spoil quickly. Make sure that the food you choose has a low iron content if applicable for the species you have (less than 120 ppm).

Vitamin and Calcium Supplements
Unless your bird eats a formulated diet you absolutely need to add supplements to your bird’s food. Supplements are vital for the long-term health of your pet and play a major role in all bodily functions such as digestion, growth, reproduction etc. Take note that not all supplements on the market are appropriate for all birds, consult with your veterinarian to pick the right one for your pet.

Vitamin supplements are added onto fresh or cooked foods now instead of water (adding vitamins into water promotes bacterial growth and the product usually degrades after a few hours). Always follow the instructions on the label and never overdose; many vitamins can cause serious health risks if given in high doses. Calcium can also be provided in the form of a cuttlebone or oyster shell in the cage.

Haut ↑

•    •    •

Traduction française par Danielle Veyre Piazzoli

La nutrition joue un rôle clé pour la santé à long terme de votre compagnon à plumes. Il est donc vital que vous preniez le temps de comprendre et d’apprendre ce qui est nécessaire à votre oiseau sur le plan nutritionnel. Il y a 30 ans, il était normal d’acheter un sac de graines et de se dire qu’on n’avait besoin de rien d’autre, comme pour les chiens et les chats. Or, cela est loin d’être vrai.

L’alimentation peut être classée en plusieurs catégories : les graines et les noix, la nourriture fraîche comme les légumineuses, les légumes, les fruits et les germinations, la nourriture de table, la moulée, les gâteries, les protéines, les insectes vivants, la pâtée aux insectes ou aux protéines, et les suppléments de vitamines. Une espèce particulière peut avoir besoin de deux catégories de cette liste, une autre d’une certaine combinaison de catégories. Comme dans d’autres domaines, la modération est souvent la clé en matière de contrôle de l’alimentation. Croyez-le ou non, l’obésité due à une mauvaise alimentation est courante chez les oiseaux, mais beaucoup de propriétaires ne possèdent pas les compétences et les connaissances nécessaires pour l’identifier.

La plus grande erreur, commise par beaucoup de gens, est de se dire que les oiseaux savent ce qu’ils doivent manger pour rester en bonne santé. Chaque espèce d’oiseau a évolué pour survivre spécifiquement dans sa propre niche écologique. Comme la disponibilité de la nourriture peut varier énormément selon la saison, la reproduction et la migration, il est naïf de supposer que votre oiseau, qui mène une vie bien plus sédentaire, saura ce qu’il doit manger pour rester en bonne santé. Si c’était le cas, les perruches ondulées et calopsittes ne seraient pas si réticentes devant la nourriture fraîche, les cacatoès ne mangeraient que quelques graines de carthame par jour et les perroquets ne se jetteraient pas sur les graines de tournesol comme si tout devait disparaître !

Il existe de nombreux ouvrages traitant de l’alimentation plus en détail, mais vous trouverez ci-dessous un guide général pour vous aider à choisir la bonne nourriture pour votre oiseau.

Les graines et les noix
Couramment utilisées pour les pinsons, les canaris, les colombes, les perruches ondulées, les touis, les perruches calopsittes, les inséparables et quelques perroquets.
Supplément de vitamines nécessaire : oui (à moins qu’elles soient utilisées comme gâteries).
Supplément de calcium nécessaire : oui (à moins qu’elles soient utilisées comme gâteries).
Nourriture fraîche nécessaire : oui.

La plupart des petits oiseaux conservent encore une alimentation basée sur les graines, car ce sont des espèces qu’il peut être particulièrement difficile de sevrer et de faire passer à la moulée. Il faut toujours acheter un mélange de haute qualité, conçu pour votre type d’oiseau. Même si les graines sont « vitaminées », c’est-à-dire enrobées d’un supplément de vitamines avant d’être emballées, vous devez ajouter un supplément. Comme les graines sont enrobées avec la vitamine et que les oiseaux écalent les graines, il en reste très rarement quoi que ce soit de valable.

En règle générale, les graines ne doivent pas représenter plus de 60 à 70 % de l’alimentation des pinsons, canaris, perruches ondulées, perruches calopsittes, touis et inséparables. Les perroquets de taille moyenne et de grande taille ne doivent pas consommer plus de 40 à 50 % de graines et noix, le reste devant être de la nourriture fraîche et cuite.

Ne laissez jamais votre oiseau surconsommer des graines de tournesol, de carthame, des arachides ou des noix de cajou. Ce sont les graines et noix les plus riches en huile et elles ne doivent être offertes que comme gâteries.

Si les graines et les noix sont utilisées comme gâteries et suppléments avec de la moulée, on peut en mélanger 2 à 3 fois par semaine à la nourriture de base. Certaines espèces d’aras (par exemple, le jacinthe) ont besoin de plus grandes quantités de gras et tirent profit d’une petite ration quotidienne de noix telles que des amandes, noix de Grenoble, du Brésil ou de macadamia.

La nourriture fraîche, germée et cuite
Couramment utilisée pour tous les oiseaux (mais c’est la nourriture de base des becs-fins).

Tous les oiseaux tirent profit de la nourriture fraîche et, pour beaucoup, elle est absolument nécessaire. Les légumineuses, les légumes et les germinations peuvent être fournis quotidiennement, mais les fruits doivent être légèrement limités en raison de leur haute teneur en sucre. Insistez sur les légumes vert foncé comme les brocolis, les épinards, le persil (considéré sans danger, contrairement à une croyance populaire) et les légumineuses comme les haricots, les pois-chiches, etc.

Ces aliments doivent représenter 30 à 40 % de l’alimentation quotidienne des petits oiseaux, et 50 à 60 % de celle de tout perroquet dont l’alimentation de base est composée d’un mélange de graines et de noix. Prenez soin de ne pas laisser de nourriture fraîche dans la cage plus longtemps que nécessaire, car elle se gâte rapidement.

Ne donnez jamais d’avocat ou de rhubarbe aux oiseaux, car cela est toxique pour eux et peut provoquer leur mort.

La nourriture de table
Couramment utilisée pour tous les oiseaux.

La nourriture de table peut être une gâterie santé et faire partie de l’alimentation régulière de tous les oiseaux, mais spécialement des perroquets et perruches. Les pâtes, le riz, le fromage, les haricots et même certaines viandes sont souvent un régal pour nos compagnons à plumes. Usez de bon sens, offrez cette nourriture en quantité limitée, et jamais assaisonnée.

La nourriture à haute teneur en sel doit être évitée, car elle peut provoquer des dommages au foie. Évitez également toute nourriture à haute teneur en lactose, car les oiseaux ne possèdent pas l’enzyme nécessaire à sa digestion. N’offrez jamais d’aliments transformés.

La moulée et les granules
Couramment utilisée pour les psittaciformes (perroquets et perruches).
Supplément de vitamines nécessaire : non (sauf si recommandé par le vétérinaire).
Supplément de calcium nécessaire : non (sauf si recommandé par le vétérinaire).
Nourriture fraîche nécessaire : oui.

Les moulées sont considérées comme ce qui se rapproche le plus d’une alimentation complète pour les oiseaux. Bien qu’il ne soit pas impossible d’habituer de petits oiseaux tels que les pinsons et les perruches ondulées à la moulée, cela est extrêmement difficile et doit être fait avec soin. Idéalement, la moulée ne devrait pas représenter plus de 70 % de l’alimentation quotidienne, et le reste devrait être composé de nourriture fraîche et cuite et de quelques graines et noix.

Lorsqu’on choisit une moulée, il faut garder à l’esprit que, comme pour les graines, la qualité n’est pas la même dans toutes les compagnies, et même que certaines moulées de haute qualité peuvent ne pas convenir à votre oiseau. Essayez de trouver une marque qui ne rajoute pas des quantités de colorants et de conservateurs et qui est facilement disponible. Vous pouvez aussi consulter votre vétérinaire au sujet de la marque qui vous conviendrait le mieux.

Les gâteries
Presque tout peut être une gâterie, d’un morceau de millet à un œuf cuit. Comme leur nom l’indique, s’agissant de gâteries, elles doivent être utilisées avec modération. Les bâtonnets de miel et les biscuits aux œufs ne doivent être offerts qu’une ou deux fois par semaine, pendant environ une heure, pour éviter une surconsommation. Une ou deux arachides peuvent nous paraître une petite quantité de nourriture, mais, pour un perroquet, c’est l’équivalent de plusieurs barres de chocolat. Parfois, il vaut mieux garder les gâteries préférées comme outils d’entraînement.

Les protéines
Les protéines sont généralement données aux oiseaux en période de mue ou de reproduction. Elles peuvent inclure des œufs cuits ou une pâtée aux œufs, des oléagineux et, occasionnellement, des insectes. Il est important de ne pas offrir trop de protéines, car cela peut mener à l’obésité et aussi susciter la ponte chez certaines espèces.

Il y a une tendance à donner des souris aux toucans et aux toucanets comme suppléments de protéines, mais cela n’est pas conseillé, car ces oiseaux sont sujets à l’hémochromatose.

Les insectes vivants et les pâtées aux insectes
Couramment utilisés pour les oiseaux à bec fin, les passereaux et certains pinsons.
Supplément de vitamines nécessaire : oui (consulter un vétérinaire).
Supplément de calcium nécessaire : oui (consulter un vétérinaire).
Nourriture fraîche nécessaire : oui.

La nourriture vivante est une partie importante et oubliée de l’alimentation de nombreux passériformes et comprend les vers de farine, les crickets, les vers de cire et les mouches des fruits. Les becs-fins (terme générique utilisé pour les oiseaux qui ne mangent pas de graines comme nourriture de base) tels que le zostérops à lunettes, le rossignol du Japon et la grive ont absolument besoin d’insectes vivants dans leur alimentation quotidienne. Cette nourriture est bénéfique aussi pour de nombreux pinsons et passereaux, et beaucoup ne se reproduiront pas s’ils n’y ont pas accès. Le cordonbleu, le grenadier pourpre et le grenadier commun semblent particulièrement sensibles et beaucoup ne prospèrent pas sans insectes vivants.

La pâtée aux insectes est une forme de bouillie brune mélangée avec des insectes et plusieurs autres aliments qu’on laisse dans la cage comme alimentation de base pour les becs-fins. Il faut faire attention lorsqu’on l’utilise et la remplacer tous les jours, car elle se gâte rapidement. Assurez-vous que la nourriture que vous choisissez a une faible teneur en fer selon les espèces (moins de 120 ppm).

Les suppléments de vitamines et de calcium
À moins que votre oiseau ne mange de la moulée, vous devez absolument ajouter des suppléments à son alimentation. Les suppléments sont vitaux pour sa santé à long terme et jouent un rôle majeur dans les fonctions physiologiques telles que la digestion, la croissance, la reproduction, etc. Notez que les suppléments sur le marché ne sont pas tous appropriés pour tous les oiseaux, et consultez votre vétérinaire pour choisir celui qui convient.

Maintenant, on ajoute les suppléments de vitamines à la nourriture fraîche ou cuite au lieu de l’eau (ajouter les vitamines à l’eau favorise la prolifération bactérienne, et le produit se dégrade généralement au bout de quelques heures). Suivez toujours les instructions apparaissant sur l’étiquette et ne surdosez pas. Beaucoup de vitamines peuvent causer de graves risques pour la santé si on en donne trop.

Le calcium peut aussi être fourni sous la forme d’un os de seiche ou d’une coquille d’huître.

Haut ↑

Laisser un commentaire