Basic Behavioural Conditioning / Conditionnement comportemental de base

LKeeltyBy Lisa Keelty
Lire la traduction française  →

Following are some considerations pertaining to behavioural and physical conditioning complementing the topics already discussed in this series.

Proper Etiquette
All birds need to be taught some basic commands such as “step up” and “step down”. These commands should be understood when the bird is still a chick but many pets are headstrong and enjoy playing run-away games with their owners. This may seem cute but it undermines your authority as head of the flock and sets you up for further failure if not addressed properly.

Step Up – Step Down
Spend a few minutes a day teaching your bird to step up and down. This can be done easily and mastered in 24 hours. While your bird is standing on a perch or stand place your hand above his feet against his belly and gently push up saying the command “Step up”. Most birds will step up almost immediately (but some babies might be clumsy). Repeat the procedure from hand to hand several times. To step down, gently lower your hand near a perch and with the perch in front of your bird move your hand forward so he climbs up.

Come
Standing a small distance away encourage your bird to come to you either by calling his name, holding a treat or both. Once he accomplishes the task properly keep making the distance greater and repeat. This can be done together with step up and down.

Poop
Every 15-30 minutes (depending on the size of your bird), place him inside his cage and wait for the body motion for defecating. When you see it immediately say “poop” and reward your bird for going inside his cage. This can teach your bird to hold it instead of going on you. You can also teach him to do this on a paper towel or facial tissue.

Some things to consider when doing training:

Always reward your pet when he does what you want correctly.

Never punish a failed attempt.

Begin by using food rewards and then eventually replacing them with attention.

Keep training sessions short and sweet, if it gets boring your bird will be less likely to cooperate.

It’s always good to brush up on the basics! Now and then repeat old lessons.

Exercise
Exercise in pet birds is probably the most neglected aspect of their care second only to nutrition. Everyone understands that dogs need to go for walks, fish swim, cats play and birds fly, yet they are cage bound or clipped and remain fairly sedentary for most of their lives. This can create long-term chronic health conditions such as obesity and heart problems (just like in humans!) as well as behavioural complications.

To help keep birds fit always house them in the largest cage you can afford (this is especially important for finches, canaries and softbills), and when possible don’t make wing clipping a permanent procedure for parrots and parakeets. Flying burns a lot of energy, is stimulating and can help keep your pet in good physical and mental health.

If wing clipping is absolutely necessary or you own a handicapped bird you can still promote wing flapping by holding your birds feet securely (but not too tight), and gently dropping your arms downwards forcing your bird to flap his wings for balance. Start by doing it only a few times a day and then gradually make the sessions longer.

Although almost all passerines (finches, canaries, softbills, etc.) are almost never tameable and should never have their wings clipped once they have acclimatized to your home you can open their cage door in a secure area under supervision to let them fly around and re-enter their home as desired.

Free flying always poses some given risks so take proper caution when allowing it. Close drapes, make sure there are no open pots or bodies of water such as toilets accessible, close windows and/or doors and be aware of any toxic plants or materials in the house.

Wing Clipping
About a decade ago it was almost always recommended to trim the primary (flight) feathers on parrots but today this attitude is changing very quickly. Wing clipping was initially done to provide some control over pet birds as they have far more freedom of movement than cats or dogs and also to prevent accidental escape. Wing clipping itself causes no physical harm to birds when done properly however accidents can happen when feathers are trimmed too short and birds fall down onto hard surfaces. This can also cause a sense of mental instability since these animals are hardwired to fly and when they try it turns out to be a negative experience.

When possible all birds should not have their primaries clipped to allow them the freedom of flight. It burns energy, builds confidence and can help avoid aggressive behaviour. When it is not possible to safely have a free flying bird some middle ground should be reached with the eventual goal leading to flight once again.

Baby birds should ideally not be clipped until they master some flight and should be harnessed trained at an early age. If clipping is absolutely needed for safety reasons it should be done minimally so that they can still land onto the ground without chance of injury. Harness-trained birds should be taken and flown outside on lines to boost confidence and help orient individuals to their outdoor surroundings in case of escape. A parrot that is comfortable flying to and from its owner is far more likely to return to a human if perching out of reach in a tree.

Adult birds that show aggression against other cage mates can have one or two primaries slightly clipped to give the other birds a chance of escape.

Passerines such as finches and canaries should NEVER be clipped.

It is important to reflect and realize that birds have evolved for flight, not sitting idle in a cage or on a perch. They have the instinct and skill to fly flawlessly but this takes time and experience which we should provide them.

Haut ↑

•    •    •

Traduction française par Danielle Veyre Piazzoli

Les points suivants relatifs au conditionnement comportemental et physique complémentent les sujets déjà abordés au cours de cette série.

Les bonnes manières
Tous les oiseaux doivent apprendre quelques ordres de base, comme « monte » et « descend ». Il faudrait qu’ils les comprennent lorsqu’ils ne sont encore que des poussins, mais beaucoup d’oiseaux sont têtus, et cela les amuse de jouer à s’enfuir. Ce comportement peut sembler mignon, mais il porte atteinte à votre autorité en tant que chef de clan, et vous conduira à d’autres échecs si vous ne faites pas ce qu’il faut pour le corriger.

Monte – Descend
Prenez quelques minutes chaque jour pour apprendre à votre oiseau à monter et descendre. Cela peut se faire facilement et être maîtrisé en 24 heures. Lorsque votre oiseau se tient sur un perchoir ou un support, placez votre main au-dessus de ses pattes et contre son ventre et poussez doucement vers le haut en lui disant « monte ». La plupart des oiseaux montent presque tout de suite (mais certains petits peuvent se montrer maladroits). Répétez la procédure d’une main à l’autre plusieurs fois. Pour descendre, abaissez doucement votre main près d’un perchoir et, une fois votre oiseau devant le perchoir, avancez votre main afin de l’y faire monter.

Viens
En vous tenant à une courte distance de lui, encouragez votre oiseau à venir vers vous en l’appelant par son nom, en lui tendant une gâterie, ou les deux. Une fois qu’il accomplit la tâche correctement, allongez graduellement la distance et recommencez. Cela peut être fait en même temps que monter et descendre.

Fiente
Toutes les 15-30 minutes (selon la taille de votre oiseau), mettez-le dans sa cage et attendez qu’il se positionne pour déféquer. Quand vous le voyez, dites tout de suite « fiente » (ou tout autre mot selon votre choix) et récompensez votre oiseau d’avoir fait dans sa cage. Cela peut lui enseigner à se retenir au lieu de faire sur vous. Vous pouvez aussi lui apprendre à faire sur une serviette ou un mouchoir en papier.

Quelques trucs à considérer pour l’apprentissage :

Toujours récompenser votre oiseau lorsqu’il fait ce que vous voulez correctement.

Ne jamais punir un échec.

Commencer à le récompenser avec une gâterie, puis la remplacer par de l’attention.

Garder les séances d’apprentissage courtes et agréables car, si elles deviennent ennuyantes, votre oiseau sera moins enclin à coopérer.

Il est toujours bon de rafraîchir les connaissances de base ! Revenez de temps en temps sur les anciennes leçons.

L’exercice physique
L’exercice physique pour les oiseaux de compagnie est probablement l’aspect le plus négligé des soins qui leur sont prodigués, juste après la nutrition. Tout le monde sait que les chiens ont besoin de sortir se promener, que les chats jouent, que les oiseaux volent. Pourtant, les oiseaux sont tenus en cage, ou on leur taille les ailes, et ils restent assez sédentaires la majeure partie de leur vie. Cela peut causer des maladies chroniques à long terme, telles que l’obésité et les problèmes cardiaques (tout comme les humains !), et susciter des comportements indésirables.

Pour garder votre oiseau en forme, offrez-lui la plus grande cage que vous pouvez vous permettre (cela est particulièrement important pour les pinsons, les canaris et les becs-fins) et, si possible, pour les perroquets et les perruches, ne faites pas de la taille des ailes une procédure permanente. Voler brûle beaucoup d’énergie, est stimulant, et peut aider votre oiseau à rester en bonne santé physique et mentale.

Si la taille des ailes est absolument nécessaire, ou si votre oiseau est handicapé, vous pouvez quand même faire fonctionner ses ailes en maintenant ses pattes fermement (mais pas trop fort) et en abaissant doucement votre bras, forçant ainsi votre oiseau à battre des ailes pour garder son équilibre. Commencez par quelques séances par jour, puis augmentez graduellement leur durée.

La plupart des passereaux (pinsons, canaris, becs-fins, etc.) ne peuvent presque jamais être apprivoisés, et il ne faut jamais tailler leurs ailes. Cependant, une fois qu’ils sont habitués à votre maison, vous pouvez ouvrir la porte de leur cage, dans un endroit sûr et sous surveillance, les laisser voler autour de la cage et la réintégrer quand ils le souhaitent.

Voler librement est toujours risqué, et il faut donc prendre toutes les précautions nécessaires lorsqu’on permet à ses oiseaux de le faire. Fermez les rideaux, assurez-vous qu’il n’y a pas de marmite ou autre récipient d’eau ouvert, comme les toilettes, accessible, fermez les fenêtres et/ou les portes et faites attention aux plantes ou matériaux toxiques qu’il peut y avoir à la maison.

La taille des ailes
Il y a une dizaine d’années, il était presque toujours recommandé de tailler les rémiges primaires des perroquets, mais, aujourd’hui, cette attitude est en train de changer très rapidement. Initialement, on procédait à la taille des ailes pour permettre d’avoir un certain contrôle de l’oiseau, qui est un animal ayant beaucoup plus de liberté de mouvement qu’un chat ou un chien, et aussi pour prévenir toute fuite accidentelle. La taille des ailes en elle-même ne cause aucun dommage physique lorsqu’elle est exécutée correctement, mais des accidents peuvent survenir si les plumes sont taillées trop courtes, entraînant la chute de l’oiseau, et qu’il tombe sur une surface dure. Cela peut aussi générer un sentiment d’instabilité mentale, puisque les oiseaux sont programmés pour voler et que lorsqu’ils essaient, avec des plumes taillées, cela s’avère une expérience négative.

Lorsque c’est possible, on ne devrait jamais tailler les primaires, pour que l’oiseau garde sa liberté de voler. Voler brûle de l’énergie, donne confiance et peut prévenir les comportements agressifs. Lorsqu’il n’est pas possible de laisser voler un oiseau librement en toute sécurité, il faut trouver une solution intermédiaire, en gardant, comme objectif final, la possibilité de le laisser voler de nouveau.

Idéalement, on ne devrait pas couper les ailes des oisillons jusqu’à ce qu’ils maîtrisent suffisamment le vol, et il faudrait les entraîner à porter un harnais très jeunes. Si la taille des ailes est absolument nécessaire pour des raisons de sécurité, il faut y procéder avec parcimonie, afin qu’ils puissent encore atterrir sans risque de blessure. Les oiseaux entraînés à porter un harnais devraient être emmenés à l’extérieur et voler attachés à un fil, pour stimuler leur confiance et les aider à s’orienter dans leur environnement extérieur en cas de fuite. Un perroquet qui sait s’envoler de la main de son maître et y revenir retournera bien plus probablement vers un humain s’il se retrouve perché dans un arbre et hors d’atteinte.

On peut tailler légèrement une ou deux primaires aux oiseaux adultes qui démontrent de l’agressivité envers leurs compagnons de cage, pour donner à ces derniers une chance de s’échapper.

On ne doit JAMAIS tailler les ailles des passereaux, comme les pinsons et les canaris.

Il est important de réfléchir et de réaliser que les oiseaux ont évolué pour voler, pas pour rester immobiles dans une cage ou sur un perchoir. Ils ont l’instinct et l’habilité de voler parfaitement, mais cela requiert du temps et de l’expérience, que nous devons leur fournir.

Haut ↑

Laisser un commentaire