Mégabactérie

SHSaulnierPar Sophie Hébert Saulnier, DMV
Hôpital pour oiseaux et animaux exotiques de Montréal

Macrorhabdus ornithogaster est un fongus causant des symptômes digestifs plus communément retrouvé chez les perruches ondulées, perruches calopsittes, inséparables, canaris et pinsons. On peut également retrouver la maladie chez les plus grands perroquets. Les oiseaux l’attrapent obligatoirement d’un autre oiseau, mais ils peuvent rester porteurs asymptomatiques, durant plusieurs années parfois, avant de montrer des signes de maladies. Un porteur asymptomatique est un individu infecté par un micro-organisme sans présenter de signes cliniques de cette infection.

L’organisme se loge principalement dans l’isthme (jonction entre le proventricule et le ventricule, les deux estomacs de l’oiseau), la plupart des signes visibles sont donc digestifs. Les signes cliniques les plus fréquents sont : perte de poids, oiseaux gonflés et léthargiques, régurgitations, selles d’apparence anormales parfois avec des grains non digérés. Le plus souvent, une perte de poids chronique est le premier ou même seul signe présent. Ces signes peuvent ressembler de près au PDD (maladie de dilatation du proventricule).

La maladie peut être diagnostiquée par visualisation de l’organisme au microscope à l’aide des techniques de frottis direct ou de coloration de gram des selles. Le fongus ressemble à une énorme bactérie gram positive (d’où le nom de mégabactérie) de type bâtonnet. Durant des années on a cru qu’il s’agissait d’une bactérie et il a finalement été identifié récemment comme une levure (champignon unicellulaire). L’organisme peut varier en taille, mais reste beaucoup plus gros qu’une bactérie. Le Macrorhabdus n’est malheureusement pas présent dans chaque fiente de l’oiseau, ce qu’on appelle une excrétion intermittente. Il est donc possible qu’on fasse plusieurs tests, qu’on ne voit pas de mégabactéries, mais qu’elles rendent tout de même votre oiseau malade. La culture de ce micro-organisme est très difficile, une culture régulière ne le détectera donc pas.

Les traitements visent à diminuer significativement le nombre de fongus dans l’organisme de l’oiseau, mais on ne peut pas s’en débarrasser complètement. Habituellement, un antifongique systémique sera utilisé. Acidifier le proventricule de l’oiseau aidera également au traitement, par exemple en mettant du vinaigre de cidre dans l’eau (consulter votre vétérinaire pour avoir la recette), car le Macrorhabdus pousse bien en milieu alcalin. L’oiseau ne se débarrasse pas complètement du fongus, mais en diminuant le nombre présent, le système immunitaire de l’oiseau peut le garder sous contrôle.

Ces oiseaux ont par contre toujours le potentiel de rechuter en période de stress ou d’autres maladies diminuant l’efficacité du système immunitaire. Ils ont également le potentiel de transmettre l’organisme à d’autres oiseaux. Ils devraient donc être gardés isolés des oiseaux sains. Bien effectuer la quarantaine à l’achat d’un nouvel oiseau et faire faire un examen vétérinaire avec test des fientes à l’achat sont de bons moyens de prévention.

Haut ↑

Laisser un commentaire