Choisir un oiseau

MTremblayPar Manon Tremblay, DMV
Note : Adapté du livre Les perroquets en 100 questions, Manon Tremblay, Éditions La Griffe

La décision d’adopter un oiseau ne doit pas se prendre sur un coup de tête. Succomber à un coup de cœur sans bien évaluer au préalable quelles sont vos attentes est une erreur qui se solde trop souvent par des déceptions et des abandons.

Le coup de foudre avec un perroquet
Ne croyez pas que vous êtes le seul engagé dans le choix d’un perroquet. Ces oiseaux particuliers choisissent leur propriétaire aussi et il vaut mieux leur laisser le dernier mot sur ce sujet. Si vous avez l’idée de vous acheter une perruche blanche mais qu’une fois à l’animalerie, c’est la verte qui vous fixe et qui se rapproche de vous, prenez-la ! Le même principe s’applique pour le perroquet de plus grande taille. Si vous lui plaisez, il vous fera la cour et insistera pour attirer votre attention. Il tentera par tous les moyens de venir vous rejoindre. Soyez donc attentifs et réceptifs à ces manifestations.

Réflexions avant l’adoption
Avant de laisser entrer un oiseau chez vous, déterminez d’abord ce que vous aimez et ce qui vous agace chez ces animaux. Voulez-vous un oiseau au chant mélodieux (exemples : canari, serin du Mozambique), un oiseau de volière brillamment coloré (exemple : pinson de Gould) ou un oiseau avec qui vous aurez des interactions (exemple : perroquet) ?

Évaluez ensuite quel est l’espace disponible dans votre maison pour installer la cage et les accessoires. Les perroquets ont besoin de beaucoup d’espace ! Réfléchissez aussi à combien de temps quotidiennement vous disposez pour vous occuper et interagir avec un oiseau. À partir de ces simples réflexions, vous serez en mesure de choisir une espèce qui convient à vos attentes et à votre style de vie. Rappelez-vous qu’adopter un perroquet c’est un peu comme adopter un enfant de deux ans qui restera à deux ans toute sa vie. Prévoyez-donc, entre autres, qui sera la gardienne pendant vos absences, acceptez que l’atmosphère de votre maison ne sera plus aussi calme et soyez disposés à recevoir une tonne d’affection parfois entrecoupée par quelques morsures…

Les signes de santé chez les oiseaux
Pour évaluer la santé d’un oiseau, il faut d’abord observer son comportement. Il doit être alerte et éveillé. Les oiseaux somnolents et au plumage gonflé ne vont pas bien, surtout s’ils se tiennent au fond de la cage. Il est cependant possible que certains individus fassent une courte sieste pendant la journée sans pour autant être malades. Un oiseau en santé a les yeux brillants, le regard vif, les plumes autour de ses yeux, de ses narines et de son anus sont propres. Son plumage est brillant et non abimé. Son bec n’est pas dévié et ses ongles ne sont pas anormalement longs. La musculature de la poitrine est bien ronde. Si l’os situé entre les deux muscles de la poitrine est très proéminent, c’est signe qu’il est trop maigre. L’observation des fientes peut aussi donner des renseignements précieux sur la santé. Les fientes doivent avoir une forme de cylindre, sinon l’oiseau a fort probablement de la diarrhée. La partie urate de la fiente doit être blanche ou crème. Si elle est jaune ou verte, il y a un problème avec le foie. Si vous remarquez un large cerne humide autour de la fiente, ce n’est pas normal. Cette surproduction d’urine peut être associée à plusieurs problèmes dont la présence de levures dans le système digestif, infection bactérienne, diabète ou pathologie hépatique. En évaluant les fientes, il faut cependant prendre ces détails en considérations : les colorants alimentaires ajoutés à la nourriture (exemples : moulées colorées, graines dont l’écaille est colorée) peuvent colorer les fientes, l’ingestion de nourriture humide (exemple : fruits juteux) est responsable de la production transitoire et normale d’un surplus d’urine. Ces situations ne sont pas problématiques.

Haut ↑

Laisser un commentaire