Que faire en cas d’urgence ?

SHSaulnierPar Sophie Hébert Saulnier, DMV
Hôpital pour oiseaux et animaux exotiques de Montréal

Voici quelques petits trucs à connaître pour stabiliser votre oiseau le temps de se rendre chez le vétérinaire en cas d’urgence. Ces procédures peuvent être hautement utiles pour tout propriétaire d’oiseau. En situation d’urgence, si vous ne pouvez pas rapidement aller chez le vétérinaire, vous pouvez toujours l’appeler pour recevoir des conseils au téléphone sur les mesures à prendre immédiatement.

Premier conseil : n’oubliez jamais que votre oiseau est un animal-proie. Il essayera donc par réflexe naturel de cacher le plus longtemps possible ses symptômes lorsqu’il est malade, car un oiseau affaibli représente une proie de choix pour le prédateur en nature. En captivité, nos oiseaux font la même chose, ce qui veut dire que l’oiseau n’a plus d’énergie pour cacher ses symptômes lorsque vous les remarquez et que votre oiseau est donc déjà beaucoup plus malade qu’il n’en a l’air. Intervenez rapidement lorsqu’un oiseau semble malade ; consultez un professionnel. Regardez régulièrement les fientes, la respiration, l’appétit, le comportement et l’énergie de votre oiseau. Tout changement peut être inquiétant. Pesez-le régulièrement et notez son poids. Une perte de poids de 10 % est toujours anormale. C’est souvent l’un des premiers signes avant que quoique ce soit d’autre soit visible !

Pour la majorité des procédures décrites ci-dessous, vous devrez immobiliser votre oiseau dans une serviette. Demandez l’aide d’une autre personne si possible, cela facilite grandement les manipulations. Demandez à votre vétérinaire de vous montrer comment faire si vous ne le savez pas déjà lors du prochain examen annuel de votre oiseau.

En cas d’accident, restez calme, votre nervosité se transmet à votre oiseau, qui devient encore plus stressé.

Cage-hôpital
Tout oiseau malade ou blessé peut bénéficier d’être mis dans une cage-hôpital au calme et au chaud.

  • N’importe quelle petite cage ou transporteur peut être utilisé, mais idéalement, prendre un contenant sans barreaux pour que l’oiseau demeure au fond et ne puisse pas grimper. Un incubateur, aquarium ou bac en plastique (avec trou d’aération) peut faire l’affaire.
  • Mettez une épaisse serviette au fond.
  • Ne mettez pas de perchoir.
  • Assurez-vous que l’eau et la nourriture sont à proximité et facilement accessibles.
  • Chauffez l’environnement à l’aide d’un tapis chauffant mis sous la cage, une lampe chauffante (ne produisant pas de lumière, exemple lampe en céramique) ou en augmentant le chauffage dans une petite pièce.
  • La température idéale pour un oiseau adulte est autour de 28-30 C. Attention de ne pas surchauffer la cage-hôpital. Mesurez régulièrement la température avec un thermomètre.
  • Évitez le contact direct entre la source de chaleur et l’oiseau.
  • Couvrez la cage sur trois côtés.
  • Mettez la cage dans un environnement très calme.

Saignement

  • S’il s’agit d’une griffe ou du bec, appliquez de la poudre hémostatique (ou farine ou fécule de maïs) et faites une pression continue avec une gaze durant quelques minutes. Si le saignement continue, mettez la blessure sous l’eau froide quelques secondes puis mettez davantage de poudre et refaites la pression.
  • Attention à ce que l’oiseau ne mange pas de la poudre hémostatique ! Ne jamais utiliser sur la peau !
  • Consultez un vétérinaire si vous n’arrivez pas à arrêter le saignement. Vous pouvez faire un bandage pour la route si le saignement est abondant.
  • Si la peau saigne, faites une pression continue avec seulement une gaze durant quelques minutes. Si ce n’est pas suffisant pour arrêter le saignement, mettez sous l’eau froide quelques secondes et refaites une pression. Si votre oiseau saigne toujours, vous pouvez essayer de faire un bandage pour tenir la gaze en place. Ne pas le mettre trop serré pour ne pas couper la circulation sanguine. Allez rapidement chez le vétérinaire.

Plume de sang brisée (plume en croissance)
Saulnier_urgence1

  • Une plume de sang brisée peut saigner assez abondamment. Si le saignement est actif, vous devez agir rapidement. Si vous ne pouvez pas vous rendre chez le vétérinaire en peu de temps, vous devez la retirer. Si cela est impossible pour vous, appliquez abondamment de la farine au bout de la plume et aller rapidement chez votre vétérinaire.
  • Pour enlever la plume, immobilisez l’oiseau dans une serviette.
  • Essayer de localiser la plume qui saigne en ouvrant l’aile en la tenant par le poignet (il s’agit de l’endroit le plus sécuritaire pour ne pas blesser l’aile de votre oiseau).

Saulnier_urgence2

  • Cette plume devrait être dans un petit tube bleuté et le sang sort de son extrémité
  • Nettoyez au besoin le sang sur l’aile pour bien voir la plume en question.
  • Vous devez tenir fermement la base de la plume où elle s’ancre dans l’aile et pincer la plume avec la pince hémostatique le plus près de la peau possible (sans y toucher). Ne pas tourner ou plier la plume.
  • Ensuite, tirez d’un coup, dans la direction de la plume pour l’arracher.
  • Faites une bonne pression durant quelques minutes au site où la plume était.
  • Assurez-vous d’avoir enlevé la plume complètement, autrement, les saignements peuvent continuer ou recommencer plus tard si la racine est toujours dans la peau. Si vous avez un doute, allez chez le vétérinaire avec votre oiseau et la plume retirée.

Saulnier_urgence3

Remarquez l’extrémité ronde où on voit la racine :
si l’extrémité est droite ou irrégulière, la plume
n’est probablement pas complètement retirée.

  • Mettez votre oiseau au calme dans sa cage et surveillez pour d’autres saignements dans la prochaine heure minimalement.
  • Demandez à votre vétérinaire de vous montrer comment retirer une plume lors de votre prochain examen si vous ne le savez pas déjà.

Plaies

  • Contrôlez les saignements en premier lieu.
  • Examinez la plaie. Si celle-ci est superficielle, nettoyez-la avec de la saline stérile, désinfectez avec un désinfectant doux (chlorexidine idéalement) une à deux fois par jour jusqu’à guérison.
  • Si la plaie est plus profonde ou si vous ne pouvez pas la voir complètement, nettoyez et désinfectez, puis consultez un vétérinaire.
  • Si la plaie a possiblement été faite par un chat ou un chien, votre oiseau doit être mis sur antibiotique aussitôt que possible ! Une blessure non traitée contient des bactéries qui peuvent s’avérer mortelle pour votre oiseau en aussi peu de temps que 24 heures !

Trauma

  • Si votre oiseau est tombé ou s’est frappé (mur, fenêtre), observez-le.
  • Notez s’il semble avoir un comportement normal, s’il semble bien conscient de son environnement, s’il est chambranlant.
  • Si votre oiseau vous semble toujours anormal 10 à 15 minutes après le trauma, allez rapidement chez le vétérinaire. Votre oiseau peut avoir un trauma crânien, il s’agit d’une condition très grave.
  • Notez si votre oiseau semble avoir des douleurs aux pattes, aux ailes, des difficultés à voler ou une aile tenue plus basse que l’autre.
  • Une posture anormale ou une douleur aigüe peut indiquer une fracture. Faites attention en manipulant l’oiseau ! N’essayez pas de faire de bandage, à moins qu’il y ait un saignement actif. En essayant de stabiliser la fracture, les risques de l’empirer sont élevés. Essayez que votre oiseau ne s’énerve pas et n’utilise pas son membre blessé jusqu’à ce qu’il puisse voir un vétérinaire.
  • Transportez les oiseaux blessés ou dans un état neurologique anomal dans une cage sans perchoir avec une serviette au fond afin qu’ils ne se blessent pas.

Intoxication ou empoisonnement

  • Ne jamais essayer de faire vomir un oiseau ! ! ! Dû à leur anatomie (jabot), le risque d’aspiration de liquide dans les poumons lors du vomissement est trop élevé.
  • En cas d’intoxication, contactez le vétérinaire qui, selon le produit ingéré, vous dira quoi faire à la maison.
  • En dehors des heures d’ouverture, un centre antipoison pour animaux peut être contacté (ils exigent habituellement des frais pour leurs conseils). http://www.aspca.org/pet-care/poison-control/ (anglais seulement)
  • S’il est vraiment impossible pour vous de rejoindre qui que ce soit et que votre oiseau a avalé un aliment toxique, produit chimique ou plante toxique, une solution de charbon activé peut être administrée, seulement si l’oiseau avale bien et qu’il est dans un état de conscience normale ; si ce n’est pas le cas, votre oiseau pourrait s’étouffer avec ce produit et une seule goutte dans les poumons peut être fatale ! Soyez prudent, administrez avec précaution.
  • Si votre oiseau est bien conscient, vous pouvez essayer de mêler le charbon à du beurre d’arachide ou autre aliment qu’il consommera lui-même, les risques sont beaucoup plus faibles que si l’oiseau est forcé à avaler.
  • Dès l’ouverture de la clinique, allez voir le vétérinaire.
  • Si vous soupçonnez votre oiseau d’avoir avalé une particule de métal ou un corps étranger (morceau de jouet, etc.), donnez-lui du beurre d’arachide en petite quantité, à plusieurs reprises jusqu’à ce que vous puissiez consulter le vétérinaire. Ceci peut aider à faire passer la particule.
  • Si votre oiseau a été exposé à une toxine volatile (teflon, produit nettoyant), sortez-le de la pièce rapidement, et apportez-le dans un endroit bien ventilé.
  • Si votre oiseau a sur lui une toxine (insecticide, produit nettoyant, etc.), donnez un bon bain à votre oiseau (en évitant la tête) et contactez votre vétérinaire.

Brûlures

  • Mettez sous l’eau froide du robinet durant plusieurs minutes.
  • Si la blessure est étendue ou sévère, consultez.
  • Une brûlure non traitée peut facilement s’infecter et des antibiotiques préventifs sont souvent prescrits.
  • Si la blessure est très petite et que l’oiseau ne semble pas en douleur, vous pouvez appliquer du gel d’aloès buvable et surveiller minutieusement la guérison.
  • Une brûlure peut continuer à progresser plusieurs jours après l’accident. Assurez-vous qu’une blessure qui semblait anodine au début ne progresse pas pour devenir plus sévère après quelques jours.

Coup de chaleur

  • Un oiseau exposé à une température trop élevée sans possibilité de se rafraîchir (exemple, pas d’ombre), peut développer un coup de chaleur.
  • L’oiseau peut respirer la bouche ouverte, garder les ailes éloignées de son corps et sembler faible.
  • Mettez l’oiseau au frais, arrosez ses pattes d’eau froide, arrosez-le légèrement.
  • Donnez-lui de l’eau fraîche à boire.
  • Attention à ne pas le refroidir trop rapidement, ce qui pourrait aussi être dangereux. Si l’oiseau semble toujours anormal après plusieurs minutes, contactez le vétérinaire.

Problème respiratoire

  • Il s’agit toujours d’une urgence.
  • Vérifiez si les narines ne sont pas bouchées par de la nourriture ; si c’est le cas, nettoyez avec un linge humide.
  • Si ce n’est pas le cas, allez rapidement chez le vétérinaire.

En conclusion, soyez bien préparé. Vous devez savoir comment intervenir dans les urgences les plus communes, avoir une trousse de premiers soins sous la main, savoir comment bien immobiliser votre oiseau et connaitre un vétérinaire de confiance expérimenté dans le traitement des oiseaux. Ces mesures visent à stabiliser un oiseau, mais la plupart du temps, une intervention vétérinaire sera tout de même nécessaire dès que possible. N’hésitez pas à lui téléphonez pour toute question dans un cas de situation d’urgence.

Haut ↑

Laisser un commentaire