Les probiotiques aviaires

CVilleneuvePar Céline Villeneuve

Avec toutes les tendances ou modes alimentaires, on ne sait plus quoi penser et l’alimentation de nos animaux de compagnie n’y échappe pas. Étant microbiologiste, un aspect qui m’intéresse particulièrement est l’utilisation de probiotiques dans l’alimentation quotidienne ou en traitement après la prise d’antibiotique. Au quotidien, la prise de probiotiques peut améliorer la digestion et l’absorption de la nourriture. Elle permet également de favoriser les bactéries bénéfiques dans le système digestif, ce qui évite les infections par compétition avec les bactéries pathogènes, en stimulant le système immunitaire et en stimulant la production de mucus. Après la prise d’antibiotique, les probiotiques contribuent à rétablir la flore normale du système digestif.

Villeneuve_01_probiotique1

Il est important de savoir que les bactéries utilisées dans les probiotiques sont souvent spécifiques à l’espèce à qui est destinée la préparation probiotique dont elles font partie. La température du corps et ce que l’animal mange influencent les types de bactéries qui peuvent s’installer dans le système digestif et donc servir de probiotiques. Comme les perroquets ont une température corporelle entre 40 et 41°C et que pour nous c’est 37°C, nos flores intestinales sont bien différentes. C’est pourquoi donner des probiotiques conçus pour nous à notre oiseau est souvent inutile, mais pas dangereux.

Les espèces utilisées dans les probiotiques aviaires sont Lactobacillus bulgaricus, Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus casei, Lactobacillus helveticus, Lactobacillus lactis, Lactobacillus salivarius, Lactobacillus plantarum, Streptococcus thermophilus, Enterococcus faecium, Enterococcus faecalis et Bifidobacterium spp. On vise un probiotique contenant plus d’une espèce de bactérie puisque c’est plus efficace. On recherche une préparation de probiotiques contenant suffisamment de bactéries vivantes pour être efficace. La dose minimale est de 2,0 x 108 UFC par gramme. Ce qu’il faut également surveiller, c’est que les autres ingrédients contenus dans le probiotique ne soient pas dangereux pour nos oiseaux. Par exemple, les préparations probiotiques conçues pour nous contiennent souvent du lactose que nos oiseaux ne peuvent pas digérer ! L’ajout de vitamines dans la préparation probiotique peut également présenter un risque de surdose. Il est donc préférable de rechercher une préparation probiotique développée spécifiquement pour les oiseaux et encore mieux pour les oiseaux de compagnies. Les probiotiques ont d’abord été popularisés chez les producteurs de volailles dont le but principal est une croissance et un gain de poids rapide en plus de la prévention des infections. Pour les oiseaux de compagnie, maximiser le gain de poids n’est pas nécessairement désirable.
Après une recherche sommaire, les principaux produits conçus spécifiquement pour les oiseaux de compagnie que j’ai pu identifier sont : Avi-culture-2, Probiavi pour oiseaux, Antibiophilus, Avibios et Micracine Enhance Probiotic Herbal Treatment. Le tableau ci-dessous résume les informations essentielles que les compagnies produisant ces probiotiques rendent disponibles. Il est certain que les souches exactes de bactéries ne seront pas dévoilées par les différentes compagnies pour éviter que leur produit soit copié. Selon moi, les produits Antibiophilus et Micracine Enhance Probiotic Herbal Treatment sont à éviter puisque l’un contient du lactose et l’autre des extraits d’herbes non identifiés. Le produit Avibios contient malheureusement une seule espèce bactérienne et sera probablement moins efficace, et la liste des ingrédients n’est pas disponible. Les deux produits répondant à tous les critères mentionnés précédemment sont Probiavi et Avi-culture-2.

Tableau comparatif de préparations probiotiques spécifiques aviaires
Villeneuve_01_probiotique3

Pour ce qui est des prébiotiques, ce sont des constituants alimentaires qui favorisent l’établissement des probiotiques. Les plus connus sont les polymères de sucre que nous ne pouvons pas digérer et qui servent de nourriture aux probiotiques. Un supplément prébiotique n’est pas essentiel puisque plusieurs aliments en contiennent naturellement, dont l’ail, les oignons, les bananes, le blé et le seigle. Une mise en garde s’impose : que certains aliments soient une bonne source de prébiotiques ne veut pas dire qu’ils soient bons pour les oiseaux. L’ail et les oignons sont toxiques ! Une alimentation variée au quotidien fournira tous les prébiotiques nécessaires au bon fonctionnement des probiotiques. Comme pour les probiotiques, les prébiotiques sont parfois additionnés de vitamines et présentent un risque de surdose.

Villeneuve_01_probiotique2

En somme, donner des probiotiques à ses oiseaux de compagnie présentent beaucoup d’avantages, mais il faut bien choisir la préparation qu’on donne. Il faut également mentionner à son vétérinaire que notre oiseau reçoit des probiotiques régulièrement. Un bon probiotique est spécifique aviaire, contient plus d’une espèce bactérienne, présente une dose suffisante de bactéries vivantes, ne contient pas d’ingrédients nocifs et a une bonne durée de conservation. Parmi les produits présentés ici, le meilleur de mon point de vue est le Probiavi pour oiseaux puisqu’il est composé de plusieurs souches bactériennes de différentes espèces à dose suffisante et capables de s’établir dans le système digestif des oiseaux. De plus, il ne contient pas de lactose et c’est un produit québécois. Le produit Avi-culture-2 semble équivalent et répond à la préoccupation des allergènes et des OGM.

Références

Kabir, S. M. Lutful, « The Role of Probiotics in the Poultry Industry », International Journal of Molecular Sciences, vol. 10 no 8, 2009, p. 3531-3546.

Moran, Leslie, « The Holistic Parrot : Avian-Specific Probiotics », Parrots Magazine, no 150, juillet 2010 (voir http://www.nationalbirddesigns.com/Holistic%20Parrot%20July%202010.pdf).

Sites Internet : Avi-culture-2, Probiavi, Harrison’s Bird Foods, Marjorie Ann, Inc. (Micracine Enhance/Nurture Probiotic Herbal Treatment) et Centre aviaire Johanne Vaillancourt, consultés le 9 septembre 2012.

Haut ↑

Laisser un commentaire