Comment prévenir et gérer les comportements reproducteurs

SHSaulnierPar Sophie Hébert Saulnier, DMV
Hôpital pour oiseaux et animaux exotiques de Montréal

Litchi, femelle inséparable, est souvent hormonale depuis qu’elle a atteint l’âge de la maturité sexuelle. Elle passe beaucoup de temps dans sa tente, déchire en petites languettes tout le papier qu’elle peut trouver et attaque tous les gens à proximité de sa cage. En plus, elle s’est mise à pondre des œufs dernièrement. Elle a pondu 4 fois en moins de 6 mois. Ses propriétaires commencent à s’inquiéter pour sa santé.

La plupart des gens ont grandi en vivant avec un chat ou un chien dont la majorité est stérilisée, mais tous les gens vivant avec un oiseau de compagnie auront un jour ou l’autre à être confrontés à des oiseaux exprimant des comportements hormonaux et ce n’est pas une chose à laquelle nous sommes habitués avec nos autres animaux de compagnie. Pour certains oiseaux, cette période passe presque inaperçue alors que pour d’autres, cela peut être un problème d’importance. Certains oiseaux deviennent très territoriaux, mordent soudainement ou crient beaucoup plus.

Les principaux facteurs influençant les hormones sexuelles chez les oiseaux sont :

  • Période de luminosité longue (stimulation maximale entre 12-14 heures par jour)
  • Nourriture riche et abondante
  • Présence d’un partenaire réel ou perçu (humain, jouet, miroir)
  • Matériaux de nidification disponibles
  • Cavité (nid)

Ces facteurs simulent un environnement optimal dans la nature pour la ponte. En captivité, ces facteurs sont tous présents la majorité du temps. La clé est d’essayer de diminuer la présence de ces facteurs durant la période hormonale des oiseaux qui a lieu normalement une ou deux fois par an, particulièrement au printemps et à l’automne.

Dans le cas de Litchi, suite à une consultation chez le vétérinaire, ses propriétaires ont diminué sa période de luminosité à 8-10 heures de jour et 14-16 heures de nuit pour quelques semaines, puis minimum 10-12 heures de sommeil à long terme. Ils lui ont laissé couver ses œufs durant 2-3 semaines au lieu de lui enlever tout de suite comme auparavant. Elle a finalement pu couver au lieu d’essayer constamment de remplacer ses œufs que des prédateurs n’arrêtaient pas de « manger » ! Ils ont aussi changé la cage de place et changé tous les perchoirs et jouets à l’intérieur régulièrement, et enlevé sa tente et les boîtes dans lesquelles elle aimait tellement jouer mais, qu’apparemment, elle prenait comme un nid, ce qui la stimulait à pondre. Ses humains ont aussi changé leur comportement avec elle. Elle ne reçoit plus de caresses sur le dos, sous la queue ou sous les ailes, ils ne la gratouillent que dans le cou et sur la tête. Le vétérinaire leur a dit que c’était des caresses trop stimulantes pour elle. Même sa propriétaire, avec qui Litchi était convaincue d’être en couple, a arrêté de la cacher dans son chandail et de la nourrir avec son gruau chaud le matin. Maintenant, Litchi n’a droit qu’à des interactions de groupe, comme si Litchi était un simple autre oiseau du groupe social, comme celui que sa propriétaire appelle son « mari » ! Pffff. Ils mangent tous ensembles, jouent, apprennent de nouveaux tours, vont sous la douche ensemble, et Litchi le chasse beaucoup moins de son territoire car si sa propriétaire ne veut plus être en couple avec elle, à quoi bon essayer de pondre et de fonder une famille ? Litchi a donc arrêté de pondre et c’est aussi bien. Si ça n’avait pas fonctionné, le vétérinaire avait parlé d’un traitement médical « antihormonaux ». Des injections ne tentaient pas tellement à Litchi, mais ses propriétaires ne voulaient pas qu’elle développe des problèmes plus graves comme une déficience en calcium, un prolapse de l’utérus ou une rétention d’œuf, des problèmes fréquents quand un oiseau pond trop.

Interventions

  • Réduire la période de luminosité (un oiseau devrait dormir entre 10-12 heures minimalement)
  • Bloquer l’accès au matériel (papier, fibres) ou aux endroits (cavités, boîtes) pour faire un nid
  • Si l’oiseau pond des œufs, laissez le couver durant la période normale d’incubation pour l’espèce (habituellement 2-3 semaines) jusqu’à ce que l’oiseau se désintéresse par lui-même de ses œufs. Ceci l’empêchera de re-pondre immédiatement pour remplacer les œufs que vous avez enlevés comme il le ferait naturellement lorsqu’un prédateur s’empare des œufs
  • L’endroit où est la cage ainsi que la disposition intérieure (perchoirs, bols et jouets) devraient être modifiés et une rotation effectuée de façon périodique pour procurer un environnement « nouveau et changeant » qui est moins stable et donc moins stimulant pour la reproduction
  • Une alimentation inappropriée doit absolument être identifiée et modifiée pour éviter les problèmes métaboliques qui menacent la femelle qui pond. La femelle en ponte utilise énormément de ses réserves de calcium et de protéines, une alimentation équilibrée est donc très importante !
  • Réduire les aliments riches (gras ou très riches en protéines) de l’alimentation, éviter les aliments mous et chauds
  • Un oiseau ayant une relation exclusive avec son propriétaire peut avoir développé une relation de « couple » avec celui-ci. Les caresses pouvant stimuler sexuellement l’oiseau, notamment sur le pelvis, le dos et la région du cloaque, doivent être évitées. Des interactions de groupe (repas, jeu, douche) doivent être encouragées plutôt que des interactions exclusives à une seule personne. En changeant la relation, les oiseaux seront moins agressifs et moins territoriaux car ils n’auront pas à défendre leur « partenaire » des autres oiseaux du groupe : la relation n’en sera que plus harmonieuse avec toute la famille
  • Prévoir les situations à risque et être plus prudent. Par exemple, sortir l’oiseau de la pièce pour changer les jouets de la cage. Lui apprendre à monter sur un perchoir pour le manipuler lorsqu’il est trop énervé ou territorial
  • L’enrichissement du milieu — entraînement, renforcement positif, foraging (recherche de nourriture, etc.) — est un très bon moyen de détourner l’attention de votre oiseau et de l’occuper
  • Si, malgré tous les changements au niveau de l’environnement, votre oiseau continue à être problématiquement hormonal ou à pondre à répétition, un vétérinaire pourra vous conseiller des traitements médicaux

Traitements médicaux
Le Lupron (Leuprolide acétate) est présentement le produit le plus sécuritaire sur le marché. Il s’agit d’injections pouvant être administrées à court ou long terme selon le problème à gérer. Ce produit est très sécuritaire est cause très rarement des effets secondaires, le principal étant qu’il ne fonctionne pas aussi efficacement chez tous les oiseaux et pour tous les problèmes hormonaux. Si le Lupron fonctionne bien, un implant de Desloréline, médicament dans la même famille, peut être installé sous anesthésie générale sous la peau ou dans le muscle pectoral selon la taille de votre oiseau. Il a environ la taille d’un gros grain de riz. Cet implant est également très sécuritaire et a une durée d’action de 6 à 18 mois. Il s’agit donc d’une alternative intéressante afin d’éviter les injections et le transport fréquent de l’oiseau chez le vétérinaire. Finalement, en tout dernier recours, une stérilisation chirurgicale est toujours possible, mais le taux de mortalité et de complication est beaucoup plus élevé que chez les mammifères. Cette procédure est donc utilisée seulement dans certaines situations particulières ou lorsque les autres traitements ne fonctionnent pas.

Recommandations
Souvenez-vous que présenter des comportements reproducteurs est NORMAL. Pensez à ce qu’un oiseau fait pour occuper son temps dans la nature. Il vit en groupe avec de nombreux oiseaux, vole beaucoup chaque jour, est en couple avec un autre oiseau, passe la majorité de son temps à chercher et travailler pour sa nourriture. Il se sauve des prédateurs. Comment utiliser ce savoir ? Si votre oiseau est seul plusieurs heures par jour, dans une cage, sans compagnon et que sa nourriture est dans un bol, toute décortiquée, que croyez-vous qu’il lui reste à faire pour s’occuper ? Très peu… Gardez votre oiseau occupé ! C’est le meilleur moyen d’éviter les problèmes de comportement de toutes sortes et d’avoir une cohabitation harmonieuse.

  • Apprenez à votre oiseau à jouer, offrez-lui des jouets variés avec différentes fonctions, des jouets qui font du bruit, des jouets pour se battre et pour détruire, et faites des rotations régulières afin de conserver l’intérêt envers ces jouets
  • Ayez des aires de jeux et perchoirs un peu partout dans la maison afin de diviser son territoire. Un oiseau qui reste au même endroit en tout temps dans la nature est un oiseau qui est au nid. Être toujours dans ou sur la cage stimule donc à être hormonal. Avoir une petite cage pour la nuit (cage-dodo) peut également diviser le territoire et permettre un sommeil réparateur loin du bruit des pièces principales
  • Mettez des stimuli pour lui en votre absence, musique, radio, télévision
  • Faites bougez votre oiseau ! Faites-lui battre des ailes régulièrement, faites-le voler, marcher, grimper, donnez-lui des douches souvent (ils dépensent de l’énergie à se toiletter et sécher)
  • Éviter la relation de « couple » avec votre perroquet, apprenez-lui à être indépendant. Ce point est probablement le PLUS IMPORTANT de tous pour vivre à long terme en harmonie avec votre perroquet
  • Le « foraging » (fourrager) est une addition importante dans la vie d’un oiseau. Il s’agit de le faire travailler pour sa nourriture. Tous les oiseaux devraient en faire un peu quotidiennement, cela fait une énorme différence dans leur vie !
  • Faites réfléchir votre oiseau, faites-lui résoudre des problèmes. Faire un peu d’entraînement avec les oiseaux est souvent très apprécié et tellement utile pour l’éduquer. Informez-vous sur le renforcement positif et ses utilisations si vous n’êtes pas déjà au courant
  • Apprenez des comportements utiles à votre oiseau tel que monter sur un perchoir sur commande. Cela peut être très pratique pour le déplacer s’il veut mordre ou pour une personne moins familière ayant à le surveiller, lors de vos vacances par exemple

Soyez patient, ferme et constant avec votre oiseau dans son éducation et la période hormonale est un moment qui va bien se passer. Si les comportements persistent, deviennent problématiques ou si vous êtes inquiet pour la santé de votre oiseau, consultez un spécialiste du comportement ou un vétérinaire.

Haut ↑

Laisser un commentaire