Birds as Pets / Les oiseaux comme animaux de compagnie

LKeeltyBy Lisa Keelty
Lire la traduction française  →

Birds as human companions is probably one of the most debated topics in the pet industry today. Although there are more and more breeders, stores and organizations that specialize in the care and maintenance of everything from canaries to macaws, many people still walk by caged birds scoffing at how cruel it is to keep them as pets. On the flip side, those same people who make those comments usually have little or no knowledge about birds, jumping to quick assumptions that the parrot they saw is unhappy and will live a miserable life. No doubt, parrots are intelligent, social, comical, and beautiful animals. They have feelings, can experience pain, happiness and excitement. In the wild they live in complex family groups, communal flocks and are often monogamous. All of these exotic traits have made them highly prized as pets, however their greatest attributes also create many complicated and sometimes dangerous situations when living in a human home.

Let us make no mistake, as much as we try, as much as we give, humans cannot come close to replicating a natural environment in captivity. A house or apartment is a far cry from the canopy of a rain forest. That being said, is it really appropriate to have birds as pets? Are they truly suitable for a life in captivity? As much as we’d like to think the answer is black and white, it is not.

There are too many people who buy exotic birds on a whim or as “trophy” pets. The cute and cuddly cockatoo at the pet store can be a dangerous allure, and the big macaw on the shoulder of his new owner can demonstrate wealth and a big ego boost to the rich man. Unfortunately these are the exact situations where people should not buy a large parrot as a pet. After they become too loud, too destructive, too demanding they are discarded like a used toy. This is not the fault of the bird. Imagine having a baby and then finding out to your dismay that a baby takes a lot of work! It may sound like a ridiculous comparison but that is exactly what parrots are, a lot of work!

Before any new owner buys a bird as a pet they should seriously consider many things. How much time do they have to spend with their new pet on a daily basis? Are they able to provide ample stimulation and proper training? How long lived is the bird they wish to purchase? How much space do they need? How much will food, toys, vet visits and accessories cost on a monthly/yearly basis? Are they willing to do a lot of research before jumping into a purchase or adoption? You should never cheap out when acquiring a pet bird, regardless if it is a pair of finches or an amazon parrot. Remember, a pet cannot change or adapt its lifestyle to your every whim, it is the owner who must make adaptations and sacrifices for the pet. Like all things, there is a big responsibility and price in pet ownership.

Despite irresponsible owners there are many individuals who devote their lives to their feathered friends. They provide engaging and stimulating environments, proper care, training and much love. These lucky birds tend to be much better balanced individuals who thrive with their human families. There are countless refuges that take the time and money to rescue abandoned parrots and attempt to give them a second chance. Certainly every Polly will go through their moments, no relationship is perfect even when dealing with animals, but it is these people who do what is truly important; they put the needs of the bird first, over what the human wants.

When things are done right many types of birds can make long lasting loving pets and they can indeed be well suited for a life with people. However when the real intention of buying a bird is for the human’s desire first and the pet’s care second, this would be when the idea of owing any pet should be avoided all together. There are enough animals out there waiting for adoption as it is.

The reality today is that birds are pets, and that probably will not change any time soon. Instead of seeing ourselves as owning these animals as property, we should consider ourselves guardians and take our responsibility for caring for them very seriously. Educating ourselves and others about bird ownership is important and could help save a life either through adoption or prevention.

Below are some things to consider before becoming an avian care taker.

All birds are different. Each species has different needs. Look at each family individually to find out which group or species is the most appropriate for you.

Birds can live a very long time. Budgies can live up to 10 years, and larger parrots can live past 50.

Many species of birds do better in pairs than alone.

Some species of birds have special dietary needs. Consider this carefully since the diet can have a direct effect on the messiness of the food/droppings.

Cages should have ample space for movement, toys and activity. Some birds may benefit from a second smaller sleeping cage. Always purchase the largest cage possible, it is the bird that will be living in it, not you.
All birds require specific accessories and toys which should be changed on a regular basis.

At some point there will be some kind of veterinary expense. Find a recommended local avian veterinarian to work with. Yearly checkups are recommended.

A parrot’s personality and behaviour will change from birth until maturity which can take as long as six years or more. Know what to expect when a chick turns into an adolescent.

Some parrots are loud and destructive, behaviours which cannot be erased in captivity, only redirected.

Parrots require a lot of training and socializing, which should not be a one-person job. All birds interact with many different individuals in the wild, in captivity it should not be any different. Learn how to engage your family and friends into bird care. Even five minutes a day with a stranger can have a positive impact.

Consider price last when picking a species. Less expensive does not mean that one bird is better or worse than another. Base your decision on which species fits your expectations and commitment best.

If planning to adopt make sure you can accommodate the potential special needs an abused, neglected or poorly trained parrot might have. Re-training a parrot can be more difficult than training a chick.

Never buy a bird because it talks, because of its colour or its size.

Research, research and research. New information is always being published. No one knows everything. Talk with veterinarians, bird owners and clubs. Get as much information as you can.

Prepare for the worst, especially if you are planning on owning a long-lived species. Make sure if something happens to you, your beloved pet has a person or place to go.

Know when you are in over your head. Even with the best intentions and preparations bird care is not for everyone. If you are not able to provide for your companion properly, take the necessary responsible steps to re-home your bird.

Haut ↑

•    •    •

Traduction française par Danielle Veyre Piazzoli

Avoir un oiseau comme animal de compagnie est probablement l’un des sujets les plus débattus aujourd’hui dans l’industrie des animaux familiers. Bien qu’il y ait de plus en plus d’éleveurs, de magasins et d’organisations qui se spécialisent dans les soins et l’entretien de tout ce qui va du canari à l’ara, il y a encore beaucoup de gens qui passent devant les oiseaux en cage en raillant qu’il est vraiment cruel de les garder comme animaux de compagnie. Cependant, les personnes qui font ces commentaires possèdent généralement peu ou pas de connaissances sur les oiseaux, et présument un peu trop vite que le perroquet qu’ils ont vu est malheureux et vivra une vie misérable. Il ne fait aucun doute que les perroquets sont des animaux intelligents, sociaux, comiques et beaux. Ils ont des sentiments, peuvent éprouver de la douleur, du bonheur et de l’excitation. Dans la nature, ils vivent en groupes familiaux complexes, volent ensemble et sont souvent monogames. Tous ces traits exotiques en ont fait des animaux de compagnie très prisés, mais leurs plus grands attributs créent également beaucoup de situations compliquées et parfois dangereuses à l’intérieur d’un foyer.

Ne nous y trompons pas, nous avons beau essayer, nous avons beau donner, il est impossible aux humains de reproduire de près un environnement naturel en captivité. Une maison ou un appartement est à des lieues de ressembler à la canopée d’une forêt tropicale humide. Ceci étant dit, est-il vraiment approprié d’avoir des oiseaux comme animaux de compagnie et de leur imposer cette captivité ? Même si nous aimerions penser que la réponse est noire et blanche, tel n’est pas le cas.

Il y a trop de gens qui achètent des oiseaux exotiques sur un coup de tête ou pour en faire des « trophées ». L’air mignon et doux du cacatoès à l’animalerie peut être un attrait dangereux. Le grand ara sur l’épaule de son nouveau propriétaire peut démontrer la fortune d’un homme riche et flatter son égo. Malheureusement, ce sont exactement les situations dans lesquelles on ne devrait pas acheter un grand perroquet comme animal de compagnie. Lorsqu’il est devenu trop bruyant, trop destructeur, trop exigeant, on s’en débarrasse comme d’un jouet usé. Ce n’est pas la faute de l’oiseau. Imaginez que vous ayez un bébé, puis que vous découvriez avec désarroi qu’un bébé donne beaucoup de travail ! Cela peut paraître une comparaison ridicule, mais c’est exactement ce que sont les perroquets : beaucoup de travail !

Avant d’acheter un oiseau comme animal de compagnie, on doit prendre beaucoup de points en considération. Combien de temps peut-on passer avec lui quotidiennement ? Est-ce qu’on pourra lui fournir la stimulation suffisante et le dresser de façon adéquate ? Quelle est la longévité de l’oiseau que l’on souhaite acheter ? Quel est l’espace dont il a besoin ? Quel sera le coût de la nourriture, des jouets, des visites chez le vétérinaire et des accessoires sur un mois/un an ? Est-on prêt à bien étudier la question avant de se lancer dans un achat ou une adoption ? Il ne faut jamais rien épargner lorsqu’on acquiert un oiseau, que ce soit une paire de pinsons ou un perroquet amazone. Souvenez-vous qu’un animal de compagnie ne peut changer ou adapter son style de vie à chacun de vos caprices. C’est le propriétaire qui doit s’adapter et faire des sacrifices pour l’animal. Comme toute chose, posséder un animal de compagnie est une grande responsabilité et entraîne des coûts.

Malgré l’irresponsabilité de certains propriétaires, beaucoup consacrent leur vie à leurs compagnons à plumes. Ils leur fournissent un environnement engageant et stimulant, des soins et un dressage adéquats, et beaucoup d’amour. Ces oiseaux chanceux ont tendance à être bien plus équilibrés, et s’épanouissent dans leur famille humaine. Il y a un nombre incalculable de refuges qui investissent temps et argent pour secourir les perroquets abandonnés et essayer de leur donner une deuxième chance. Bien sûr, il y a des bons et des mauvais moments, aucune relation n’est parfaite même lorsqu’on s’occupe d’animaux, mais ces gens font ce qui est vraiment important. Ils placent les besoins de l’oiseau en premier, avant les désirs de l’humain.

Lorsqu’on fait les choses correctement, beaucoup d’oiseaux peuvent faire des animaux de compagnie affectueux, d’une grande longévité, bien adaptés à la vie avec les humains. Cependant, lorsque l’intention réelle à l’achat d’un oiseau est le désir de l’humain d’abord et le bien de l’animal ensuite, l’idée de posséder tout animal de compagnie doit alors être totalement évitée. Il y a assez d’animaux qui attendent d’être adoptés en l’état actuel des choses.

La réalité d’aujourd’hui est que les oiseaux sont des animaux de compagnie, et cela n’est probablement pas près de changer. Au lieu de nous considérer comme propriétaires de ces animaux, nous devrions nous considérer comme leurs gardiens, et prendre nos responsabilités pour nous occuper d’eux très sérieusement. Il est important de nous éduquer et d’éduquer les autres en ce qui concerne la possession d’oiseaux, et cela pourrait permettre de sauver une vie grâce à l’adoption ou la prévention.

Vous trouverez ci-dessous quelques points à considérer avant de devenir le gardien d’un oiseau.

Tous les oiseaux sont différents. Chaque espèce a des besoins différents. Étudiez chaque famille individuellement pour découvrir l’espèce ou le groupe le plus approprié pour vous.

Les oiseaux peuvent vivre très longtemps. Les perruches ondulées ont une longévité allant jusqu’à 10 ans, et les plus grands perroquets peuvent dépasser 50 ans.

Beaucoup d’oiseaux sont plus heureux en paires que seuls.

Certaines espèces d’oiseaux ont des besoins diététiques particuliers. Étudiez la question attentivement, car le régime alimentaire peut avoir un effet direct sur le gâchis de nourriture et les déjections.

Les cages devraient avoir un espace suffisant pour le mouvement, les jouets et l’activité. Certains oiseaux peuvent bénéficier d’une seconde cage, plus petite, pour dormir. Achetez toujours la plus grande cage possible, c’est l’oiseau qui y vivra, pas vous.

Tous les oiseaux ont besoin d’accessoires et de jouets spécifiques, qui devraient être changés d’une façon régulière.

À un moment donné, il y aura des dépenses vétérinaires, d’une façon ou d’une autre. Trouvez un vétérinaire aviaire local recommandé. Des visites régulières annuelles sont conseillées.

La personnalité et le comportement d’un perroquet changent de la naissance à la maturité, ce qui peut prendre jusqu’à six ans, ou plus. Sachez à quoi vous attendre lorsqu’un poussin devient adolescent.

Certains perroquets sont bruyants et destructeurs, comportements qui ne peuvent être éliminés en captivité, mais redirigés.

Les perroquets ont besoin de beaucoup de dressage et de socialisation. Cela ne devrait pas être la tâche d’une seule personne. Tous les oiseaux interagissent avec de nombreux individus différents dans la nature, et il ne devrait pas en être autrement en captivité. Apprenez comment amener votre famille et vos amis à s’occuper d’un oiseau. Même cinq minutes par jour avec un étranger peuvent avoir un impact positif.

Le prix n’est que le dernier point à prendre en considération lorsque vous choisissez une espèce. Moins cher ne signifie pas qu’un oiseau est meilleur ou pire qu’un autre. Basez votre décision sur l’espèce qui correspond le mieux à vos attentes et à votre engagement.

Si vous prévoyez d’adopter, assurez-vous de pouvoir faire face aux besoins spéciaux potentiels qu’un perroquet maltraité, négligé ou mal dressé pourrait avoir. Recommencer le dressage d’un perroquet peut être plus difficile que dresser un poussin.

N’achetez jamais un oiseau parce qu’il parle, à cause de sa couleur ou de sa taille.

Recherche, recherche, recherche. Il y a toujours de nouveaux renseignements qui sont publiés. Personne ne sait tout. Parlez avec des vétérinaires, des propriétaires d’oiseaux et des clubs. Obtenez autant de renseignements que vous pouvez.

Préparez-vous au pire, spécialement si vous prévoyez d’acquérir une espèce à grande longévité. Assurez-vous que si quelque chose devait vous arriver, votre compagnon bien-aimé aura une personne qui s’occupera de lui ou un endroit où aller.

Si la tâche devient trop lourde pour vous, sachez le reconnaître. Même avec les meilleures intentions et préparations, s’occuper d’un oiseau n’est pas pour tout le monde. Si vous n’arrivez pas à vous occuper de votre compagnon comme il le faut, prenez les mesures responsables et nécessaires pour lui trouver un autre foyer.

Haut ↑

Laisser un commentaire